Le blog de GEROU !

Mais pourquoi attendre le mariage ?

Cathy s'affaissa lourdement dans son lit.

La soirée n'avait pas été facile.

Son fiancé l'avait une fois encore pressée et

ils s'étaient disputés.

Cette tension concernant les relations sexuelles

avant le mariage surgissait

constamment entre eux.

Les arguments de son fiancé ricochaient

dans la tête de Cathy où régnait

la confusion : « Nous nous aimons. Nous nous marierons.

Dieu comprendra. C'est une partie naturelle de la vie.

Si vraiment tu veux me montrer ton amour,

tu le feras. J'ai aussi des besoins, tu sais ! »

 

Et le pire était qu'une grande partie d'elle-même criait

pour faire exactement ce qu'il voulait.

Elle était déjà allée au-delà de ce qu'elle

se sentait autorisée et un froid s'était glissé

dans sa relation avec le Seigneur Jésus.

Pourtant, elle aimait Nicolas et elle ne songeait

pas vivre sans lui.

« Mais Dieu, n'es-Tu pas trop exigeant ?

Les temps ont changé.

Les filles ne se marient plus à 16 ans.

le désir d'un peu de stabilité financière avant le mariage, la vie n'est plus comme elle était il y a 50 ans de cela. Et puis, il y a la pilule…et nous allons nous marier. C'est sûr ! »

Pourquoi pas ?

A quelqu'un qui se trouve confronté à la tentation sexuelle, le Seigneur semble parfois être un vieillard arbitraire qui ne comprend pas les besoins des jeunes.

Des forces explosives attisent les désirs naturels pour attirer le Chrétien dans les relations dont il sait qu'elles ne lui feront aucun bien. Les hormones restent les hormones, que l'on soit Chrétien ou non. La culture populaire et les amis à l'école ou au travail prêchent qu'il y a quelque chose qui cloche avec une nana qui n'a pas de mec.

Souvent, la valeur d'une jeune fille se mesure à sa capacité d'avoir un petit ami avec toutes les conséquences que cela suppose. Un jeune Chrétien remarqua : « Si vous n'avez pas de relations sexuelles, on vous prend pour un ringard. »

Des sociologues estiment que les tabous concernant les relations sexuelles avant le mariage n'étaient rien d'autre qu'un moyen d'éviter que les filles ne tombent enceintes hors mariage. Selon eux, le libre accès à la pilule et à l'avortement ne devrait plus empêcher personne de renier ses pulsions naturelles.

Bizarrement, ces mêmes spécialistes n'encourageront jamais quelqu'un à suivre ses instincts naturels qui le pousseraient à tuer son voisin avec qui il est fâché. Pourtant, la colère fait bien partie de ces envies normales, n'est-ce pas ? Et curieusement, notre sociologue illuminé ne donnera pas non plus son approbation à un voleur qui suivrait ses inclinations naturelles en lui volant son propre porte-monnaie.


 

Je croyais qu'il ne fallait pas réprimer ses envies, M. le sociologue !

Existe-t-il des raisons logiques à l'attente de Cathy ? Oui, et pas seulement pour Cathy, mais pour Nicolas aussi !

Un temps pour se connaître

Quand un couple commence à se fréquenter, c'est un temps privilégié pour apprendre à se connaître. L'intimité sexuelle complique ce processus et crée des liens émotionnels qui outrepassent notre raison. En quelque sorte, la sexualité nous empêche de connaître l'autre personne et nous aveugle quant à ces choses que nous devrions considérer chez l'autre.

Dans l'exemple donné plus haut, l'attitude du fiancé de Cathy soulève des questions troublantes. Aime-t-il le Seigneur ? S'il est disposé à sacrifier les sentiments de Cathy et à ne pas respecter ses convictions juste pour qu'elle satisfasse à ses besoins du moment, quelle sera son attitude s'ils se marient un jour ?

Il serait utopique de penser que l'attrait physique n'entre pas en jeu lorsque nous « tombons amoureux » de quelqu'un. Mais, si l'aspect physique est la raison principale de notre relation, tôt ou tard, la relation risque d'exploser. Nous devons commencer par nous connaître et nous aimer mutuellement avant le mariage et le lit conjugal.

L'auteur Michael SMALLEY dit: «…cette sorte d'intimité ne vient jamais sans problème. Vous ne pouvez pas vivre comme un couple marié (en étant célibataire) sans qu'une blessure majeure ne s'immisce dans la relation…Peu de gens finissent par épouser la personne avec laquelle ils ont couché la première fois. La plupart d'entre eux finissent dans la dévastation et les émotions brisées, et de surcroît, ils culpabilisent. » (cf. www.smalleyonline.com/article)

Les gens pensent qu'ils peuvent coucher avec n'importe qui et que cela n'aura aucune conséquence. Mais c'est le contraire qui est vrai. Nous ne sommes pas des chiens et des chats. Les relations sexuelles dépassent le simple acte physique – il y a un énorme investissement émotionnel. On ne peut pas dormir dans douze lits différents et respecter la profondeur de l'acte émotionnel. Nous y laissons une partie de nous-même à chaque fois.

Un acte avec des ramifications spirituelles

Dieu nous a fait pour les relations sexuelles dans le contexte d'une relation exclusive entre un mari et sa femme, aussi longtemps que les deux partenaires vivent. Je crois fermement que Dieu a même donné un aspect spirituel à cette relation, du fait que le mariage annonce la relation entre Christ et l'Eglise (Eph.5).


 

Nous représentons Christ et l'Eglise dans notre mariage et – nous le disons avec révérence – l'acte le plus intime du mariage représente en quelque sorte notre proximité spirituelle avec le Seigneur.

Si nous sommes infidèles dans ce domaine, cela revient à être idolâtre.

Approfondissement de la relation

La réalisation sexuelle ajoute beaucoup à un mariage parce qu'elle approfondit la relation entre les deux partenaires, à condition qu'elle soit pleine d'amour et de respect. Le couple est engagé dans un processus d'union physique et spirituelle.

On est souvent surpris de constater que les relations sexuelles dans le mariage sont l'idée de Dieu. Cela fait partie de notre devoir envers notre partenaire et, à moins d'une raison physique empêchant le partenaire de participer, nous volons à l'autre quelque chose d'important quand nous ne jouons pas notre rôle.


 

« Que le mari accorde à sa femme ce qu'il lui doit et que la femme agisse de même envers son mari. Car le corps de la femme ne lui appartient plus, il est à son mari. De même, le corps du mari ne lui appartient plus, il est à sa femme. Ne vous refusez donc pas l'un à l'autre. Vous pouvez, certes, en plein accord l'un avec l'autre, renoncer pour un temps à vos relations conjugales afin de vous consacrer davantage à la prière, mais après cela, reprenez vos rapports comme auparavant. Il ne faut pas donner à Satan l'occasion de vous tenter par votre incapacité à dominer vos instincts. » (1 Corinthiens 7:3-5, version Le Semeur)

Participer à l'éternité

Une autre raison pour laquelle il est important d'attendre le mariage est que, par l'acte sexuel, Dieu nous fait participer à la création d'un être qui vivra éternellement soit au ciel soit en enfer. Je dois m'assurer que chaque enfant conçu en résultat de mes actions naisse dans un foyer où il sera aimé et où la Parole de Dieu lui sera enseignée. Cela est de loin plus important que notre plaisir.

Un jugement contre les fornicateurs

 

Hébreux 13 : 4

4 Que le mariage soit honoré de tous, et le lit conjugal exempt de souillure, car Dieu jugera les impudiques et les adultères.


 

 

Les fornicateurs sont ceux qui participent aux relations sexuelles hors mariage. L'avertissement est clair – il y a un jugement de Dieu pour ce qui se moquent de Sa vérité.

Mais beaucoup de gens ont échoué dans ce domaine. Il ne faut pas oublier qu'il y a le pardon auprès du Seigneur Jésus.

 

1 Jean 2 : 1

1 Mes petits enfants, je vous écris ces choses, afin que vous ne péchiez point. Et si quelqu'un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ le juste.


 

 

Ce qui est fait est fait. Mais, à partir du moment où nous réglons le problème du péché devant le Seigneur, commençons à marcher d'une manière pure. David a trouvé que le pardon pour le péché était toujours disponible pour ceux qui le cherchent sincèrement.

N'oublions pas non plus que nous ne sommes pas toujours exemptés des conséquences terrestres de notre péché, bien que nous soyons pardonnés et purifiés. Pour son adultère, David a payé un tribut horriblement cher qui a retenti sur la vie de ses enfants.


 

Enfin, désobéir dans ce domaine, revient à jouer avec le feu, parce que notre comportement est important pour le Seigneur.

 

1 Corinthiens 6 : 9-11

9 Ne savez-vous pas que les injustes n'hériteront point le royaume de Dieu ? Ne vous y trompez pas : ni les impudiques, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni les infâmes,10 ni les voleurs, ni les cupides, ni les ivrognes, ni les outrageux, ni les ravisseurs, n'hériteront le royaume de Dieu.Lire la suite


 

 

Le Seigneur nous a crées ; de ce fait, Il connaît certainement nos besoins. Il nous aime. Il connaît les conséquences de nos actions. Combien de larmes a-t-il dû sécher ? Combien de rêves a-t-il vu détruits ? Combien de cicatrices ne s'effacent-elles jamais à la suite d'un avortement ? Nous sommes pardonnés et guéris, certes, mais nous n'oublions jamais tout à fait.

Dieu recommande de s'abstenir de relations sexuelles avant le mariage. Il est infiniment plus intelligent que nous. Faisons-Lui donc confiance et croyons en Son amour pour nous. Je suis convaincu que s'Il l'a dit, c'est pour mon bien.

(*) Les exemples de Cathy et Nicolas sont représentatifs de nombreux cas réels et ont été inventés pour les besoins de l'article.

Stratégies pour réussir dans le domaine de la pureté sexuelle

Sans question, il est difficile de rester pur dans un monde où les tentations sexuelles nous assaillent de toute part. Comment les Chrétiens célibataires peuvent-ils rester victorieux dans la tentation ? Voici plusieurs idées.

  • -- Donne un but à ta relation. Garde l'image de ton mariage devant les yeux. Pense à cette chose précieuse que vous vous offrirez mutuellement lors de votre mariage. Ca vaut le coup d'attendre et la relation sera d'autant plus précieuse après le mariage.
  • -- Evite les situations où tu tomberas facilement. Ne fréquente pas l'appartement de l'autre (si il/elle vit seul(e)) à moins que d'autres personnes ne soient présentes. Il faut réaliser que notre corps veut souvent faire le contraire de ce que dit la Parole de Dieu et que toutes les bonnes résolutions prises dans la prière fondront comme neige au soleil si nous nous mettons dans une situation où il est facile de chuter.
  • -- Place des barrières au contact physique. Nos désirs sexuels s'enflamment très vite et ils sont puissants. Certains pensent que : « Tout est permis si on ne commet pas l'acte ultime ». Pareils raisonnements mènent au désastre. Ne te surestime pas et ne te fie pas à toi-même. Impose-toi des limites et tiens-toi y, sinon tu risques fort de tomber.

Dans son article « Le problème des limites », J. BUDZISZEWSKI affirme : « Et il ne faut pas penser : 'Nous ferons des choses qui nous excitent mais nous ne dépasserons pas cette limite.' C'est comme si vous allumiez les puissants moteurs d'une fusée en disant, 'Ne décolle pas.' Si l'acte sexuel est réservé au mariage, tout acte d'excitation sexuelle doit l'être aussi. »

  • -- Remplace le mal par le bien (2 Timothée 2:22). Au lieu de t'enfermer chez toi, entouré par toute sortes de tentations, lève-toi et occupe-toi en faisant la volonté de Dieu. Assiste à toutes les réunions de l'église ; aide à l'évangélisation ; porte-toi volontaire quand il y a besoin d'un coup de main. Cherche à aider les autres.
  • -- Sort en groupe au lieu de sortir tout seul. BUDZISZEWSKI ajoute : « Quand vous passez du temps ensemble avec votre petit(e) ami(e), faites-le en présence d'autres personnes. Quand vous sortez, faites-le en groupe. Quand vous priez, demandez à d'autres de se joindre à vous, parce que c'est le moment le plus intime de tous. »

Il est beaucoup plus facile de gérer nos désirs quand nous sommes responsables face aux autres. Entre dans une relation de responsabilité avec un(e) Chrétien(ne) plus expérimenté(e). Si il/elle te demande franchement : « Comment ça va dans ce domaine ? », réponds honnêtement. S'il y a besoin d'un changement, demande-lui la prière mais aussi des conseils.

  • -- Evite la pornographie comme la peste. Ce que tu vois, que ce soit à la télé ou dans des magazines reste imprimé dans l'esprit. Dans l'article « Maman, je suis devenu accro à la pornographie », Thérèse COOK témoigne: « …nous avons découvert que « la dépendance » sexuelle est plus puissante que la drogue la plus puissante, relâchant des endorphines bien plus fortes que la morphine. » (Journal, Today's Christian, Oct. 2005).
  • -- Souviens-toi que la relation avec le Seigneur Jésus est la plus précieuse que tu puisses avoir. Lui être infidèle dans ton comportement sexuel jetterait un froid (ou pire) dans ta relation avec Lui.

Dans son livre « Posséder un dragon » (Navpress, 2006), voici ce que dit Donald MILLER au sujet de ce qui arrive lorsqu'on méprise la valeur de l'acte sexuel : « Beaucoup de choses se passent à ce moment-là. La chose principale est qu'il n'y a plus de territoire physique sacré associé avec l'engagement. Il se peut qu'il y ait toujours un territoire émotionnel, mais il n'y a rien de physique, de concret, qu'un homme et une femme peuvent avoir seulement l'un avec l'autre. Dormir avec n'importe qui laisse immanquablement des traces dans le cœur et dans l'esprit. L'homme aura moins de lui-même à offrir à la partenaire que Dieu lui aura réservé. »

 

DAVID PORTER

 



11/01/2011

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Espace de gestion